Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 février 2011

Mondeville, guerre de tranchées pour la préservation d’un espace boisé pourtant protégé…

Guerre de sept ans

pour le parc de la Feuilleraie

Cela fait 7 ans que ça dure, 7 ans qu’une partie du parc de La Feuilleraie, ancienne demeure du directeur de la S.M.N. (devenue maison de retraite), est l’objet de divers projets immobiliers, que les riverains contestent, les uns après les autres.

parc de la feuilleraie,smn,mondeville,sci de clopée,sci le château,espace boisé protégé,déboisement sans autorisation

 

L’éclopée…

S’agissant du premier de ces projets, c’est un arrêt du 19 décembre 2006 de la Cour Administrative d'Appel de Nantes, n° 05NT01859, qui l’a enterré. Cet arrêt (qu’on peut consulter sur le site Legifrance) annule certes le jugement du 15 septembre 2005 du Tribunal administratif de Caen, mais il confirme aussi l’annulation de l'arrêté du 5 janvier 2004 du maire de Mondeville, accordant à la SCI de Clopée (SIREN 479758377, 12 rue des Jacobins à Caen) le permis de construire un immeuble de huit logements sur ce terrain situé au Plateau.


Des SCI, et des arbres qu’on abat…

Mais sans attendre la notification de cet arrêt, le maire de Mondeville accordait le 14 novembre 2006 un autre permis de construire, à la SCI du Château cette fois, c'est-à-dire à la société alors propriétaire de la maison de retraite… et de son parc.
Un parc dans lequel on avait auparavant (au printemps 2005) fait un peu de place, par l'abattage d'arbres de bonne taille qui s'opposaient à l'organisation de l’espace autour de la construction projetée. Sans aucune autorisation, bien entendu.
Or ce parc est dûment répertorié, au plan local d’urbanisme (PLU) de Mondeville, comme un espace boisé protégé, et tout déboisement, tout défrichement, ne peut être entrepris qu’après obtention de l’autorisation ad hoc.
Qu’à cela ne tienne, un nouvel arrêté du maire de Mondeville (n° CA 014 437 06 X0001), en date du 23 janvier 2007, accordait a posteriori à la SCI Le Château l’autorisation de coupe et d’abattage d’arbres dont elle avait besoin.   
Cependant, mis en demeure par les riverains de faire dresser procès-verbal pour ces travaux de déboisement illégalement effectués (code de l’urbanisme art. L.480-1), le maire retirait cet arrêté dès mars 2007… et aucune construction nouvelle n’est aujourd’hui encore édifiée dans ce parc de La Feuilleraie.

 

Les 4 maisons de 2009…

Mais, le 30 octobre 2009, les affaires reprennent avec la signature d’un permis d’aménager de 6 lots, dont 4 seront destinés à la construction d’habitations individuelles (pour un maximum de 510 m² de SHON au total), sur un terrain de 1623 m² pris sur le parc. Permis consultable d’un simple clic sur le lien ci-après :
permis d'aménager SCI CLOPEE.pdf
On imagine assez bien quel contraste pourra produire l’irruption de 4 petites maisons toutes neuves (quel que soit le soin qu’on pourrait apporter à leur insertion dans cet environnement) à côté du « château » et des « villas », et en lisière du parc arboré, cadre dont la cohérence architecturale a jusque là été miraculeusement préservée…
Que ne ferait-on pas pour quelques milliers d’euros ? Car il est bien entendu que ces 4 logements (pas de l’habitat social, évidemment) n’ont d’autre utilité que de faire gagner quelque argent à un promoteur, sans intérêt pour la collectivité.


Une pétition, et bientôt un blog ?

Ce permis d’aménager est d’ores et déjà contesté devant le TA de Caen. Ce sera sans doute le cas aussi pour les permis de construire des 4 maisons (on en est déjà au stade du recours gracieux auprès du maire).
Mais, après 7 ans de guerre d’usure, de procédures coûteuses et moralement épuisantes (et ignorées de tous), les contestataires veulent maintenant passer à la vitesse supérieure. Ils ont donc mis en ligne une pétition, et envisagent de créer un blog, afin de tenir les gens régulièrement informés sur cette affaire, quelle que soit l’issue des procédures en cours. Voici le texte de cette pétition, à laquelle on accède à l’adresse suivante:

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2011N6145

 

INTÉRÊTS PRIVÉS, BOIS MASSACRÉ ET HISTOIRE VOLÉE

Habitants de Mondeville, Caennais sensibles à l’histoire du site de la SMN, cela fait maintenant 7 ans qu’une partie du parc de La Feuilleraie, ancienne demeure du directeur de la SMN, est l’objet de projets immobiliers menaçant ses éléments historiques et environnementaux. Cet ensemble de La Feuilleraie, composé d’une futaie, d’arbres d’ornement et d’allées de tilleuls, fermé par des grilles ouvragées, appartient non seulement au patrimoine historique de Mondeville mais constitue également un espace protégé inscrit au plan local d’urbanisme (PLU).

Déjà en 2007 une SCI peu scrupuleuse a fait peu de cas de ce bois en faisant abattre 29 arbres en vue d’une construction qui heureusement a été stoppée. Toutefois, cette menace persiste sans qu’aucune prescription ne soit imposée par les services administratifs concernés.

Après 7 années de résistance des riverains, et de luttes judiciaires non achevées, il est temps d’élargir la démarche pour placer ce débat sur la place publique. C’est pour cette raison que cette protestation est ouverte à l’information de toute personne attachée à la mémoire du Plateau et à l’expression de ceux qui souhaitent prendre position sur ce sujet.
Cette pétition confirme la volonté des signataires d’obtenir le respect des lieux, de l’histoire de plusieurs générations d’habitants et des règles de protection de l’environnement afin de refuser leur sacrifice au profit uniquement d’investisseurs qui ne sont pas concernés par la vie de ce quartier et n’y vivent pas !



Compléments :
Le site de l’actuel exploitant de la maison de retraite (http://www.resalia-ms.com/spip.php?rubrique32) vante les lieux en ces termes: « la résidence surplombe l’Orne et offre un magnifique parc arboré de plus de 3 ha ». Trois hectares, vraiment ? Et jusqu’à quand ?

parc de la feuilleraie,smn,mondeville,sci de clopée,sci le château,espace boisé protégé,déboisement sans autorisation

Enfin, pour quelques photos sur les différentes constructions du Plateau (selon la place de leurs occupants dans la hiérarchie de l’entreprise, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Plateau_%28cit%C3%A9_ouvri%C3%A8re%29
et surtout l’excellent site de Jacques DAUPHIN et François LOPEZ : http://la-smn.com/

 

 

 


vendredi, 09 juillet 2010

Le Cloître du Bon sauveur aujourd’hui, l’escalier de la Chambre de Commerce en 2003, St Vincent de Paul en plein Site Inscrit… ou Bouygues, Eiffage, Rufa and Co en leurs oeuvres.


Coprophages…

Je ne suis certes pas un inconditionnel du néo-gothique, mais je suis moi aussi scandalisé par la destruction du cloître du Bon sauveur, surtout dans les conditions de sa mise en œuvre, en urgence, comme s’il convenait de faire table rase le plus rapidement possible, et ainsi de faire échec à tout aménagement, même limité, du projet d’un promoteur privé.
Pourtant, ne nous assurait-on pas dans Ouest-France (le mercredi 23 juin) que « Le cloître serait démonté et reconstitué sur une partie de son emplacement actuel aux frais d’Eiffage » ? Et que c’était là une avancée significative, pour Xavier LE COUTOUR, lequel reprenait son couplet habituel : « Il faut comprendre qu’on a aussi un devoir de répondre aux besoins de logements en centre-ville. »
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Caen-le-cloit...
Quels logements ? Et pour qui ? Il va devenir urgent de montrer que la prétendue présence de logements dits sociaux (évidemment pas très sociaux) dans les programmes privés comme celui d’Eiffage n’est qu’une farce. Une farce dont on voudrait faire une obligation dans le PLU, parce que c’est une illusion à la mode… de Paris ou de Dijon.
Mais revenons à nos avancées significatives, et à nos tas de gravats qui mettent en lumière les immenses qualités de médiateurs de Xavier LE COUTOUR et Philippe DURON… auxquels EIFFAGE montre qu’il est le maître chez lui.
De quoi faire douter aussi, comme l’assurent maire et adjoint, que « la cour d’honneur de 2 000 m2 ne sera jamais privatisée et fera l’objet d’une servitude publique.». Ne nous avait-on pas assuré naguère qu’un passage public serait aménagé entre la rue de Bayeux et la rue de Bretagne, à travers le parc de St Vincent de Paul (détruit par Eiffage et Rufa) ? Promesse non tenue. Et, bien sûr, il n’est pas possible d’instituer une servitude publique après la délivrance d’autorisations d’urbanisme qui n’en font pas état. Xavier LE COUTOUR devrait le savoir…
Tout cela est lamentable, et révélateur de l’envergure de nos élus (d’aujourd’hui comme d’hier). Et on ne peut dès lors que partager la colère des rédacteurs du « Caennais déchaîné » :
http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-cloitre-v...
http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-cloitre-d...
http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-caennais-...


Le précédent de Bouygues à la CCI

A supposer maintenant qu’EIFFAGE ait décidé seul de démolir (sans plus tarder) le cloître du Bon Sauveur (en omettant de prévenir le petit peuple des élus, et sans leur bénédiction), l’affaire n’est pas sans rappeler la méthode similaire mise en œuvre par BOUYGUES en 2003 pour faire disparaître l’escalier de la CCI à la veille de son classement. Les curieux trouveront une relation de cet événement à l’adresse suivante :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ancienne_chambre_de_commerce...
Pour tout complément d’information sur l’œuvre de Raymond Subes, voir :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Raymond_Subes
Pour l’escalier disparu, je vous en propose ci-dessous une image (cliché Central Photo daté du 4 novembre 1956, reproduit dans « Renaissance d’une ville, la reconstruction de Caen, 1944-1963 », Ed. Delpha 1994).  

 

escalier-de-la-CCI.jpg

Et pour finir, un grand moment d’émotion à l’écoute de Gilles DETERVILLE, qui ne rechigne pas à relayer la parole officielle, et n’abandonne pas un collègue en difficulté : « Je fais toute confiance à mon collègue en charge de ce dossier Xavier Le Coutour pour trouver la meilleure  issue à ce difficile dossier ». Joli résultat !
http://gillesdeterville.parti-socialiste.fr/?p=1161
Ajoutons-y l’amusante contribution au débat de Luc DUNCOMBE (sarko-centriste devenu depuis peu radical de droite, à ce qu’il paraît). Amusante, car l’ancien maire-adjoint de Brigitte LE BRETHON à l’urbanisme (2001-2008) feint d’oublier les fortes similitudes de son action d’alors avec celle de son successeur radical (dit de « gauche ») Xavier LE COUTOUR. N’a-t-il pas lui aussi bricolé le POS de Caen, s’agissant par exemple des terrains horticoles de l’Institut Lemonnier, pour offrir à NEXITY Georges V (et à la Sarl  GOMES, de notre ami Fernando de ALMEIDA GOMES, envoyée en avant-garde) le terrain de jeux qui lui convenait ?
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Reaction-a-la...

 

cloitre-du-BS-Canard-10-06-.jpg

Le Canard Enchaîné, 16 juin 2010





 

dimanche, 20 juin 2010

Bouygues à Caen au 32 rue Desmoueux (ainsi que rues aux Juifs et Sophronyme Beaujour), et son légendaire respect de l’environnement naturel et bâti...

rue sophronyme beaujour.jpg
rue-desmoueux.jpg
rue-aux-juifs-1.jpg


« Villa Monceau », ma pelle et mon râteau...
ou la farce d’un POS protecteur des jardins...

On ne fait plus aujourd’hui de « résidences », terme désormais réservé à l’habitat populaire, voire social. On construit des « villas »: « Villa Mathilde », « Villa des Dames », « Villa de Tourville », « Villas du Colisée », « Villa Monceau », et j’en passe... Ce terme de « villa » a dû obtenir l’oscar de l’emballage dans l’un de ces nombreux « salons » où les commerciaux des promoteurs chassent le pigeon, naguère appâté par les mirages de la défiscalisation et de la plus-value rapide, aux temps de la bulle immobilière.
Peu importe que ces « villas » n’aient de la villa que le nom, et ne soient que des pâtés de béton, semblables aux pâtés de béton de la concurrence, comme il s’en construit alentour. L’important n’est-il pas de faire du fric, le maximum de fric, en fourguant à ceux qui en ont (ou qui ont les moyens d’en emprunter) le maximum de mètres carrés aux prix encore soutenus (et inaccessibles au plus grand nombre) qui sont ceux du marché ?
Dans ces conditions, il n’est pas inutile d’accoler au terme de « villa » une référence à un site prestigieux, quand les références locales encore disponibles manquent de panache. C’est sans doute pour cette raison que le dernier opus projeté dans notre bonne ville par la société BOUYGUES IMMOBILIER (une société au goût très sûr à laquelle on doit la destruction in extremis de l’escalier de la Chambre de Commerce, à la veille de son classement)... s’est vu sobrement affublé du nom de « Villa Monceau ».
Il faut bien vendre, et ces ventes se font aujourd’hui en VEFA (vente en l’état futur d’achèvement). D’où le soin apporté aux petits détails comme le nom (ronflant) et la documentation (beau papier, images de synthèse flatteuses). Peu importe qu’à réception des travaux le résultat soit moins grandiose. La référence au parc Monceau dans le 8ème arrondissement de Paris n’est donc, bien sûr, ni fortuite ni gratuite. Ce nom évoque immanquablement les immeubles de luxe et les hôtels particuliers qui le bordent. Il y a beau temps qu’on ne vend plus des « maisons de maçon », mais bien plutôt de l’investissement supposé rentable, et du rêve de parvenus. En ce sens l’appellation de « Villa Monceau » n’est pas totalement usurpée, sachant que le lotissement d’une bonne moitié du parc Monceau au XIXème siècle est l’oeuvre du banquier Pereire. Le Bouygues de l’époque. Evidemment plus soucieux de retour sur investissement et de profits conséquents que de protection de l’environnement...

pub-Bouygues.jpg

Le quartier tant convoité du Jardin des Plantes »

C’est pourtant l’environnement qui fait vendre: la proximité du Jardin des Plantes, quelques panneaux solaires pour le label BBC (Bâtiment Basse Consommation), label autorisant l’heureux acquéreur-occupant (à crédit, de préférence in fine) à bénéficier d’un crédit d’impôt majoré (quand les textes d’application seront parus, s’ils paraissent un jour), ainsi que le pittoresque allégué de « quelques ruelles qui bordent le Jardin des Plantes »... On ne recule devant rien chez Bouygues quand il s’agit de faire l’article à un client qui ne mettra peut-être jamais les pieds à Caen. Alors pourquoi ne pas brosser le tableau outré d’un « espace de vie privilégié », d’un « havre de paix à proximité de tout », comme un îlot de confort et de modernité au beau milieu d’une ville aussi grouillante que médiévale, sans doute... Le papier glacé ne refuse pas l’encre grasse.
Le rédacteur de cet argumentaire de vente est-il seulement venu à Caen, qui ignore si totalement le cimetière des Quatre Nations, îlot de verdure derrière son mur d’enceinte, juste en face, de l’autre côté de la rue Desmoueux ?
A vous de voir:

http://www.immoo.com/programme/22573/details/index.html

affichage-permis.jpg

« Préserver les jardins... », ou les bétonner ?

Le terrain de 1117 m² sur lequel devrait être réalisé la « villa Monceau » (actuellement occupé par une grande maison dessinée par l’architecte Pierre AUVRAY, décédé en 2009) est situé en secteur UAb du POS de décembre 2000, un secteur « correspondant aux maisons de ville du centre ancien » et « soumis à des règles d’emprise visant à en préserver les jardins ». (Caractère général de la zone UA, page 12 du Règlement).
Belle déclaration d’intention, qui ne coûte rien. Car son hypocrisie saute aux yeux dès qu’on examine d’un peu plus près les dispositions concrètes prévues par les différents articles du règlement.
L’article UA6 prévoit ainsi l’implantation des constructions à l’alignement de toutes les voies publiques ou privées existantes, sauf existence d’un front bâti en retrait. L’article UA6 impose quant à lui que « les constructions doivent occuper toute la largeur du terrain jusqu’aux limites latérales... à l’intérieur d’une bande de constructibilité parallèle à l’alignement... », dont l’épaisseur est fixée à 13m en secteur UAb. « Au delà de cette bande, seules sont autorisées les constructions attenantes au bâtiment [principal] (...)  édifiées en adossement aux bâtiments contigus existants [sur la propriété voisine]... » ainsi que « les constructions implantées en limite séparative et d’une hauteur inférieure à 3,50m ». Le coefficient d’emprise au sol est par ailleurs de 100% à l’intérieur de la bande de constructibilité, et de 30% au delà dans ce secteur UAb. Les parkings souterrains ou semi-enterrés ne sont en outre pas pris en compte dans le calcul de l’emprise au sol (article UA9).
Mais venons-en aux jardins (ou espaces dits verts) avec l’article UA13: ils seront ici de 50%... des espaces libres. Je traduis: de 50% des espaces non construits après application des règles précédentes... s’il en reste !
Supposons en effet un terrain quadrangulaire de 26m de côté (676 m²), en bord de rues sur 3 de ses côtés comme ici (petite base du trapèze sur la rue Desmoueux, et 2 côtés en oblique sur les rues aux Juifs et Sophronyme Beaujour). Ce terrain pourra être construit sur toute sa surface, sans laisser d’espace libre pour le moindre jardin...
Mais notre terrain est trapézoïdal, et pour peu qu’on n’ait pas usé de la faculté de construire en fond de parcelle (sa grande base en limite séparative) des annexes de 3,50m de hauteur sur 30% des surfaces restantes, on aura peut-être au centre des constructions une étroite cour triangulaire, pour moitié artificiellement  végétalisée, et réglementairement plantée d’un seul et unique arbre de haute tige (une obligation par tranche de 200 m² d’espaces dits verts)...
Voilà comment, concrètement, le POS en vigueur « préserve les jardins », comme il le prétend... Le PLU de MM. LE COUTOUR et DURON ne sera assurément ni plus protecteur, ni moins hypocrite...
Quoi qu’il en soit, c’était là sans doute (dans ces généreuses dispositions du POS encore en vigueur pour quelques années, grâce aux mêmes), tout l’intérêt de ce terrain pour la société BOUYGUES IMMOBILIER, un terrain si heureusement configuré qu’il permet une rentabilisation optimale du capital investi dans son acquisition...


Les antécédents caennais de Bouygues

Entendons-nous bien: le promoteur immobilier n’a pas pour mission d’aménager la ville au mieux des intérêts de tous ses habitants (c’est normalement celle des élus, quand ils ne sont pas totalement dépourvus d’étoffe). Il est normal dans une économie de marché qu’il n’ait pour guide, dans le respect de la réglementation en vigueur, que ses intérêts propres, exclusivement financiers. Quand cela ne compromet pas ses intérêts (et éventuellement peut les servir), il arrive même parfois qu’il puisse se montrer respectueux du contexte paysager ou culturel de son intervention.
C’est assez rare, mais ce n’est pas en tout cas la manière de Bouygues, comme en témoigne la destruction, en 2003, de l’escalier réalisé par Raymond SUBES pour la Chambre de Commerce... Rappelons que ce dernier est, avec Edgar Brandt et Gilbert Poillerat, une des références majeures en matière de ferronnerie d’art au cours de l’entre-deux-guerres, et après. Cet escalier, en forme de point d’interrogation et entièrement suspendu, dans sa cage en briques de verre (seule subsistante), faisait référence. Mais que ne ferait-on pas chez Bouygues pour gagner quelques mètres carrés de SHON supplémentaires, et les quelques milliers d’euros qui en sont le prix !


Démolition d’une maison signée Pierre AUVRAY...

La maison du 32 rue Desmoueux ne mérite pas, quant à elle, une protection spéciale au titre des monuments historiques ou du patrimoine contemporain. Il s’agit cependant d’une réalisation de belle facture, dans le goût des années d’après-guerre (construction en cours en 1958, voir ci-après les 2 photos du chantier en voie d’achèvement, en 1958, signées R.J. Paté).

maison-Auvray-3-quart-face.jpg
maison-Auvray-3-quart-dos.jpg

C’est là une oeuvre de l’architecte Pierre AUVRAY, décédé à 105 ans le 7 février 2009, auquel on doit, par exemple, la reconstruction de la Banque de France (avenue de Verdun, en association avec Paul TOURNON), le beau bâtiment de la CAF avenue du 6 juin (1954), l’église de Mondeville (1935-1936), plusieurs cliniques (Miséricorde, Pasteur), le CAC Baclesse (en association avec Henry BERNARD), la crèche de la rue Gémare, la quincaillerie Legallais-Bouchard devenue un temps BHV, etc. Il me faudrait évidemment plusieurs pages pour dresser la liste des édifices qu’il a conçus, en une cinquantaine d’année d’activité professionnelle...
J’en resterai donc là, sauf à signaler aux curieux que Pierre AUVRAY a aussi légué à la bibliothèque de Caen plusieurs centaines de livres et documents relatifs à l’art de bâtir, certains fort anciens et précieux comme un Philibert de l’Orme de 1568, consultables sur place au fonds normand.
J’ajouterai seulement, pour conclure, ce jugement porté par lui sur le travail des architectes des années 50 à 70, et ceux d’aujourd’hui (propos rapportés par Didier Marie dans un article paru dans Ouest-France, en date des 16 et 17 décembre 1995):
« On a fait des parallélépipèdes simples, rationnels, fonctionnels, parfois harmonieux, parfois horribles. Maintenant, c’est courbes, obliques et pointes; ça me paraît souvent mode, cher et peu fonctionnel. Mais bon, on verra avec le recul du temps ».

S’agissant des réalisations de BOUYGUES IMMOBILIER, comme cette « Villa Monceau », c’est tout vu. C’est mode, cher, et sans le moindre souci environnemental. Chez ces gens-là, on ne pense pas, on compte.