Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 février 2022

Caen, que penser de ce virus du « verdissement » qui fait soudain chavirer nos élus ?

Le vert dans le fruit ?

Est-ce que, soudainement, la municipalité de Caen envisagerait de laver plus « vert », et pourquoi ?

Derrière la palissade habillée depuis 5 ans par une bâche publicitaire vantant le projet de centre commercial de Joël Bruneau, et après le scandaleux, illégal et coûteux épisode de l'abattage des arbres et celui des fouilles bidon des maigres vestiges de l'ancien hôtel de ville (déjà fouillés dès les années 50), le demi-hectare de parking et d'herbe naguère sous les tilleuls a depuis peu été nivelé pour n'être plus qu'un désert de pierres, raboteux, caillouteux et stérile à souhait, en trois lettres le « reg » des mots croisés...

reg.png

« En même temps », une curieuse fièvre de « verdissement » de la ville semble s'être emparée du quartier général, sous la houlette du maire et de ses adjoints et adjointes, notamment commis aux « espaces publics et qualité du cadre de vie » comme Ludwig Willaume, ou à la « transition écologique » comme Julie Calberg-Ellen. Et n'oublions pas Nicolas Escach à la « ville durable »...

Certes il faut bien que ce trio de choc donne l'impression de servir à quelque chose, mais il devient quand même lassant de n'entendre plus parler que du nombre d'arbres plantés depuis longtemps ici ou là (à quand le « recensement » précis de ceux de Grimbosq?), de ceux que l'on plantera (en périphérie), de la « forêt primaire » à venir (d'un demi-hectare!) créée du côté du Mémorial (donc le long du périphérique), des quelques touffes d'herbe remplaçant le bitume au pied des arbres du boulevard Bertrand ou du quai de Juillet, comme de l'aménagement « paysager » du château de Caen...

Dernier épisode à ce jour, la « végétalisation » de la place Foch... « endroit propice aux îlots de chaleur », selon l'inénarrable Ludwig Willaume.

Une rénovation dont Julie Calberg-Ellen attend de son côté des effets, évidemment bénéfiques, « sur le bruit, la pollution et la biodiversité ». L'écosystème de la place Foch va assurément connaître une révolution...

Quant au gars Jojo, il se propose de créer « une percée (...) pour relier l'hippodrome à cette place largement végétalisée ». Ah, un peu de béton, tout de même...

https://actu.fr/normandie/caen_14118/la-place-foch-et-son...

 

Écrire un commentaire