Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 juin 2010

Gaston LEFAVRAIS en ses terres à Ménil Gondouin…

lefavrais.jpg

Autoportrait (0,54 x 0,65)

 

Du mardi 6 juillet au samedi 31 juillet 2010

(de 14 h 30 à 18 h)

en l’église « vivante et parlante »

de Ménil Gondouin

Exposition

Gaston LEFAVRAIS
Peintre du Houlme (1913 – 1983)

Je viens de recevoir un carton d’invitation pour cette exposition, et je m’en voudrais de ne pas vous offrir la possibilité de découvrir (ou de redécouvrir) vous aussi l’œuvre de Gaston LEFAVRAIS.
Mais je vous infligerai pas la moindre analyse personnelle de sa peinture, compte tenu de mon incompétence en cette matière (comme en d’autres), ce qui ne m’interdit nullement d’en apprécier depuis longtemps la robuste élégance, et l’étonnante adéquation avec ses sujets de prédilection, tous peu ou prou tirés des paysages de ce pays du Houlme, aux alentours de Putanges (où il avait un atelier, dans une petite rue pentue), et de Ménil Gondouin, où Gabrielle son épouse exerçait de multiples fonctions, tout à la fois institutrice, secrétaire de mairie, et bien d’autres choses encore…
Je me contenterai donc de vous mettre en appétit avec quatre (malheureusement bien médiocres) reproductions (car scannées à partir d’images tirées d’un catalogue réalisé pour une précédente exposition, en 1987). Les couleurs sont donc loin d’être celles des originaux, mais vous serez dédommagés en faisant le déplacement (Ménil Gondouin est à 21 km de Falaise, en passant par Putanges Pont-Ecrepin).

catalogue-expo-1987.jpg

St André de Briouze (0,54 x 0,65)

 

expo-1987-4ème-de-couvertur.jpg

Paysage à Putanges, route de Fumeçon (0,92 x 0,65)

 

l'arbre-web.jpg
L'arbre (0,81 x 0,60)
portrait-de-Berthe.jpg

Portrait de Berthe (0,73 x 0,60)

 

Et vous serez même doublement dédommagés, puisque cette exposition a pour cadre l’église « vivante et parlante » de Ménil Gondouin, à propos de laquelle vous lirez avec profit un excellent article de Patrick PECCATTE, à l’adresse suivante :
http://culturevisuelle.org/dejavu/99
Vous obtiendrez au besoin des informations complémentaires concernant l’abbé Victor Paysant, en consultant sur Wikipedia l’article qui lui est consacré :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Abb%C3%A9_Paysant

Gina Paillette a enfin posté sur son blog (http://ginapaillette.hautetfort.com/archive/2010/07/index...), à la date du 29 juillet 2010, une note bourrée de liens très utiles vers des sources très riches (en images notamment) concernant l'église "vivante et parlante"... Un détour indispensable.

eglise vivante et parlante.jpg
L'église "vivante et parlante" de Ménil Gondouin a retrouvé ses couleurs...
eglise de MG carte postale d'époque.jpg

 

D'autres infos à l'adresse suivante:

http://valdornenvironnement.blog.fr/2010/06/28/gaston-lefavrais-un-peintre-normand-8881178/

 

 

 

 

 

mercredi, 03 février 2010

Fernand Buron, Jean-Jacques Reboux, même combat !

L'ébullition permanente

Vous l'avez sans doute croisé dans les rues de Caen, il y a un bon quart de siècle. Son alibi, c'était alors une inscription en fac, dans des disciplines différentes, année après année. Sa passion d'alors, c'était la poésie. Les textes qu'il écrivait, comme ceux des autres, qu'il diffusait à travers une petite revue baptisée « La Foire à Bras ». Une revue créée en 1980, confectionnée avec les moyens du bord, et deux principaux complices, jusqu'à  ce numéro 10-11-12 (printemps-été 1983), intitulé « A Caen la poésie ? », qui, bénéficiant du concours de la DRAC, de l'ODACC et de la Ville de Caen, put compter jusqu'à 172 pages, et bénéficier des services d'un imprimeur patenté (Bruno Laplanche, pour ne pas le nommer).

La-foire-à-bras.jpg

Bien entendu, notre bonhomme avait aussi ses bêtes noires, au nombre desquelles, à l'époque, l'édition à compte d'auteur...
Puis il disparut de la scène caennaise, et fut tour à tour (car il faut bien vivre) instituteur, postier et, paraît-il, dresseur de poules. Sans doute à l'étroit aux chèques postaux, il tâta du polar (« La cerise sur le gâteux », entre autres), et commit encore d'autres romans. Et, pour les besoins de la cause, se fit éditeur.


Enfants du Bon Dieu et canards sauvages

Les choses en étaient là quand en 2006 (presque quinquagénaire) une interpellation musclée pour des broutilles, suivie d'une garde à vue non moins brutale, réduisirent à néant les laborieux efforts entrepris depuis des lustres pour tenter d'entretenir avec l'autorité des rapports de coexistence à peu près pacifique.
Poursuivi pour outrage à agents (incrimination assez fréquente quand on a été quelque peu malmené par ceux-ci), il refusa le règlement « amiable » proposé (plaider coupable quand on se sait victime) et choisit de contre-attaquer. Les policiers furent bien sûr reconnus non coupables de quelconques violences, ou réactions disproportionnées. Et notre homme dut se défendre devant le tribunal correctionnel, pour le délit d'outrage (il aurait notamment qualifié de « canard » un des pandores)...


Pour l'abolition du délit d'outrage

Il n'en fallait pas plus pour faire de l'énergumène le prophète d'une sainte croisade contre l'ordre sarkozyste, et son penchant immodéré pour la répression, tant policière que judiciaire, de tout ce qui ne pense pas comme le prince et sa cour, et le fait savoir.
Par les temps qui courent (mais pour aller où ?), notre Jean-Jacques n'éprouva aucune difficulté à faire la liaison avec quelques compagnons d'infortune, coupable pour l'un d'avoir exhibé une pancarte reproduisant l'auguste parole présidentielle (« Casse-toi, pôv' con ! »), ou pour l'autre d'avoir proféré, en présence de policiers occupés à leur noble besogne, un « Sarkozy je te vois » d'une violence décidément inouïe.
Et voilà les occupations littéraires de notre héros reléguées au second plan, au profit d'activités plus ouvertement politiques, comme rédaction de pamphlets et libelles, pétitions et autres adresses... Mais vous verrez cela par vous-même sur les sites que je vous signale in fine.


L'illustre Fernand Buron

N'allez pourtant pas croire que le traumatisme subi ait fait perdre à notre ami Reboux son sens de l'humour, et son goût de (vieux) potache pour les canulars. Ainsi, ne parvenant pas à retrouver la trace de l'illustre anonyme, qui, au Salon de l'Agriculture, s'était vu vertement apostropher par le petit président, il choisit d'en créer le personnage, arbitrairement baptisé Fernand BURON, et de lui confier la rédaction d'un blog. Un blog fort amusant qui n'est pas du goût de tout le monde, et notamment des pisse-froid de l'UMP. Fernand est quant à lui un fervent gaulliste de la grande époque, agriculteur retraité vivant à St Martin des Besaces, avec sa femme Odette et sa chienne Rustica. Il a des enfants installés au Québec (pardi !). Il était à Bayeux en 44, quand le Général est venu y prononcer son fameux discours. Il avait 9 ans, et il figure même sur une photo aux côtés de son idole...


Les 55 chandelles de Nicolas

C'est d'ailleurs Fernand BURON lui-même qui, le 28 janvier de cette année, avait invité ses aficionados à se rendre devant l'Elysée pour y souffler les 55 chandelles de Nicolas. Ils étaient là une dizaine semble-t-il, mais le dispositif policier était bien autrement étoffé. Et après un « Happy birthday » assez peu mélodieux, on passa assez rapidement au contrôle d'identité général... et à l'interpellation du fauteur de trouble principal, armé d'une pancarte réversible: « Casse-toi, pôv' con ! » d'un côté, « Sarkozy je te vois trop » de l'autre. Jean-Jacques REBOUX sera-t-il à nouveau renvoyé en correctionnelle, pour outrage au chef de l'Etat ?




http://fernandburon.blogspot.com/

(lien à coller dans la barre de votre navigateur; ne fonctionne pas sur un simple clic, pour une raison inconnue)

Ma rencontre avec le général de Gaulle le 14 juin 1944 à Bayeux
J'avais alors 9 ans. J'y étais, oui, monsieur! Et je lui ai même serré la main. La dame qui serre la main du général sur la photo, c'est Mme Yvonne Dubois, de Jurques (d'où est native Odette, mon épouse.) Rien que d'y penser j'en ai les larmes aux yeux... C'est pour ça qu'au salon de l'Agriculture, quand le petit con a voulu me serrer la main, j'ai eu les nerfs en pelote... "Touche-moi pas, tu m'salis!" que je lui ai balancé... Fi d'taupin, c'que j'étais content! Quand j'ai vu tout le barouf que ça faisait, je me suis dit : "Fernand, t'as pas tout réussi dans ta vie, mais ça..."

De Gaulle à Bayeux.jpg


http://www.rue89.com/2010/01/30/comment-jai-fete-lanniversaire-de-sarkozy-en-garde-a-vue-136164


http://www.rue89.com/2008/07/03/outrage-suite-le-recit-de-son-audience-par-un-internaute


http://www.rue89.com/2008/02/04/lattache-de-mariani-par-mail-elsa-on-repond-a-ce-con

(3 liens ci-dessus à coller dans la barre de votre navigateur; les suivants fonctionnent...)

Jean-Jacques Reboux par... Témoignage Chrétien

http://apreslalune.free.fr/ftp/TemChretien.PDF

Reboux auteur et éditeur

http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=3971

http://www.dechargelarevue.com/id/index.php?action=motscl...

Les éditions « Après la lune »

http://apreslalune.free.fr/

reboux.jpg

 

 

 

 

 

 

samedi, 09 janvier 2010

Jørn Riel: « Le naufrage de la Vesle Mari, et autres racontars »

 

mésange-(40).jpg
merle-et-pommes.jpg
magnolia-et-cabane.jpg

Caen, Normandie septentrionale, 6 et 8 janvier 2010, photos de Camille

 


Faits d'hiver

 

L'hiver prend cette année des allures de carte postale, flocons à gogo, manteau blanc uniforme sur la ville et les champs. Y aurait-il de la neige à Noël ? Il y a eu de la neige avant Noël, il y a de la neige après Noël. Les amateurs de chromos devraient être satisfaits... Ils ne le sont pourtant pas. Et de déplorer les difficultés de circulation, et les carences supposées des services chargés de dégager les routes (et d'abord celle qui mène à leur petite maison dans la campagne, bien entendu)...
Alors si vous ne disposez pas d'un bon attelage de chiens de traîneau, et si vous êtes bloqués chez vous, bien au chaud, je vous propose de mettre à profit ce rare moment de solitude (glacée) toute relative, pour endosser l'anorak des héros de Jørn Riel: Museau, Doc, Mortensen, Lasselille, Bjørken, le Comte, Volmersen et compagnie. De fiers gaillards, hauts en couleurs, aux aventures burlesques et désopilantes, qui peuplent les stations du nord-est du Groenland, où ils s'occupent pour la plupart de chasse à l'ours et au renard...


Jørn Riel et les Editions Gaïa

Par une curieuse coïncidence, Gaïa Editions vient en effet de faire paraître, en novembre 2009, un dernier volume des « Racontars arctiques » dudit Jørn Riel, sobrement intitulé « Le naufrage de la Vesle Mari, et autres racontars ». Un beau volume de 250 pages, disponible au prix de 20 euros chez les meilleurs libraires (et à la FNAC aussi sans doute).
C'est là, à peu de choses près, le vingt-cinquième livre du même Jørn Riel que publie Gaïa Editions, dont le site internet relate ainsi l'attachement à cet auteur: « Gaïa a toujours eu le souci de proposer l'œuvre d'un auteur et non un titre par-ci par-là. Figure emblématique du catalogue, Jørn Riel dont tous les ouvrages sont peu à peu traduits et publiés chez Gaïa, fut à l'origine même de la maison d'édition. C'est pour faire connaître aux lecteurs français cet auteur très populaire au Danemark que les fondateurs de Gaïa décidèrent de le traduire et de le publier. »

Le naufrage de la Vesle Mari.jpg


Quatrième de couverture

Pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend à la lecture de cette dixième et dernière série des Racontars arctiques, publiée en 1996 au Danemark, on peut tout simplement citer la quatrième de couverture, qui résume l'argument assurant la liaison entre ces huit récits: « Comment des chasseurs du nord-est du Groenland, sains de corps et d'esprit, rompus à l'art de transformer l'ours blanc en carpette de lit et d'ingurgiter entre potes un infâme distillat maison, pourraient se réacclimater à la moiteur quasi tropicale du Danemark ? Comment échapper à cette fatale descente aux enfers décrétée par un bureaucrate blafard et cravaté de Copenhague ? Comment ? Nos héros arctiques ont l'imagination fertile, et plus d'un tour dans leur sac... ».


Des risques que l'on court à se laver à l'eau froide,
et autres mises en garde utiles..
.

Mais il me sera peut-être permis aussi d'aiguiser votre appétit par quelques amuse-gueules. Savez-vous par exemple ce qui arrivera à Museau, allergique au savon noir, et sommé par son chef Bjørken de procéder comme lui à une toilette complète (et totalement exceptionnelle), sous peine d'être exclu des libations prévues lors de l'assemblée des chasseurs ?
Je ne vous en dirai rien bien sûr, comme je ne vous dirai rien du télégraphiste mélomane et de son compagnon, des transformations qu'il leur fallut apporter à un vélo pour traverser l'Indlandis, et faire, à leur arrivée sur la base américaine de Thulé, la connaissance d'une danseuse portoricaine éruptive qui leur laissera de cuisants souvenirs...
Je ne vous dirai rien non plus des projets délirants de deux agronomes distingués, découvrant dans le sud du Groenland, au climat assurément tropical et à la végétation luxuriante (bruyère, saules et bouleaux arctiques, atteignant pour certains jusqu'à près d'un mètre cinquante de haut !), le lieu idéal pour de nouvelles expérimentations...
Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus. Laissez-moi seulement vous conseiller tout spécialement le récit de la longue agonie, à l'ancre, dans le havre de Sardloq, du bateau du capitaine Olsen. Qui, de lui ou de son passager Bjørken, « philosophe de pacotille », quittera le dernier l'épave ? Et surtout empochera la prime d'assurance...


Un danois chez les Inuits

Pour définir les « racontars » de Jørn Riel, un journaliste (Ph. C., Les Echos) a proposé la notion, assez heureuse, de « burlesque poétique ». Certains passages de ces récits ne sont d'ailleurs pas sans rappeler le Charlie Chaplin de « La ruée vers l'or », et l'on peut certainement se représenter certains des héros de Jørn Riel sous les traits du Big Jim de ce film (comme dans la scène où celui-ci voit Charlot sous la forme d'un gros volatile, tout à fait susceptible de lui permettre d'assouvir sa faim...).
Ces « racontars » sont sans doute la partie la plus originale et la plus attachante de l'oeuvre (celle que je préfère en tout cas). Mais cette oeuvre ne se réduit pas non plus à ce genre, et il convient de signaler un autre versant de celle-ci, avec, entre autres, les deux trilogies « La Maison de mes pères » et « Le Chant pour celui qui désire vivre », dont les traductions ont, bien sûr, d'abord été éditées par Gaïa, mais qui sont également disponibles en livre de poche chez 10-18, ainsi que plusieurs recueils des « Racontars arctiques ».
On ne quitte pas le Nord avec Hek, Arluk et Soré (les 3 volumes du « Chant pour celui qui désire vivre »), mais les héros de ces récits ne sont plus des trappeurs scandinaves, ce sont des Inuits, dont on découvre de l'intérieur la culture, l'histoire, et d'abord le quotidien. Sans aucun burlesque cette fois, dans des textes qui témoignent de l'évidente tendresse de l'auteur pour ce peuple menacé par l'irruption du monde moderne, et de sa parfaite connaissance de leur culture.
Il est vrai que Jørn Riel, soixante-dix-huit ans aujourd'hui (car né en 1931 à Odense), a passé 16 ans au Groenland, où il séjourna pour la première fois en 1950. Dans la préface d'« Arluk » (1984), voyage d'un Inuit à travers le Groenland au début du XVIème siècle, il tient d'ailleurs « à remercier chaleureusement les nombreux Groenlandais avec qui, à travers toutes ces années, j'ai tant vécu ». Le Groenland n'est pas l'Islande, mais il y a pourtant du feu sous la glace...


Compléments

L'autonomie du Groenland
(source Wikipédia)

Suite à la loi sur l'autonomie du Groenland votée par le parlement danois le 19 mai 2009, le Groenland a accédé le 21 juin 2009 à une autonomie renforcée. Le Danemark lui a cédé 32 domaines de compétences, dont ceux de la police et de la justice. Le groenlandais (inuit oriental) devient langue officielle. La monnaie, la défense et la politique étrangère restent sous le contrôle du Danemark. Cet acte fait suite à un référendum consultatif qui a eu lieu au Groenland le 25 novembre 2008.
La capitale du Groenland est Nuuk (ou Godthåb en danois). La ville compte 17 000 habitants et sa population est essentiellement composée de Groenlandais (80 %) et de Danois (14,5 %). Le parti Inuit Atagatigiit, qui veut faire du Groenland un État indépendant, a lors des dernières élections législatives du 2 juin 2009 obtenu 43,7 % des voix, soit près du double du score qu'il avait réalisé lors d'une consultation en 2005. Inuit Ataqatigiit, qui a pour dirigeant Kuupik Kleist, dispose de 14 sièges sur 31 au Parlement, contre sept précédemment.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Groenland

 

Sur le site des Editions Gaïa, Jørn Riel par lui-même, interprété par Dominique Pinon

http://www.gaia-editions.com/index.php?option=com_content...

(sous la présentation du livre, et avant la liste des autres ouvrages, cliquer sur biographie, et en bas de ce texte actionner la commande prévue à cet effet)